• La Belle et la Fête
  • Poèmes gyrovagues
  • Mal d'ombre
  • Le Partage des mondes
  • Parabole des nuées
  • Paysages Solitaires
  • Le silence là-haut
  • Voix détournées
  • La grande voix lointaine
  • Poètes les Chenilles sont rongées
  • Sirventès
  • La vie je cours
  • Te spectem
  • A petits pas dans le silence
  • Perdre trace
  • Hypothèses sur l'Infini
  • soudain
Previous Next

Jean-Jacques Laurent

Jean-Jacques Laurent

Plasticien.

Né en 1943. Vit à Vallauris.

Livres d’artistes et recueils poétiques
publiés chez Tipaza :

 

Biographie

Jean-Jacques Laurent est né à Limoges en 1943. Il vit et travaille à Vallauris où sa famille est venue s’installer alors qu’il était encore enfant. Issu d’un milieu de potiers et d’artistes, il a été familier de tous les mythes de l’art moderne dont le souvenir hante encore le Sud, et a côtoyé des personnalités comme Prévert ou Picasso. De cette familiarité Jean-Jacques Laurent a tiré plus de violence que de douceur dans ces rapports avec l’art. Il peint comme on lutte, avec brutalité, en prenant volontiers les matières et outils à contresens, en explorant des supports de récupération, en cherchant à inscrire ses traces moins dans un tête à tête avec les grandes références de l’histoire de l’art que dans une conversation avec toutes les vies qui se déposent dans nos déchets. L’oeuvre de Jean-Jacques Laurent épouse les accidents du monde, elle prend forme en respectant les pauvres formes qui marquent les espaces qu’il investit, elle naît - ou peu à peu se lève, comme on le dit d’une brume - d’une confrontation lente, longue, méditative et ruminante entre le peintre et les supports, les traces, les taches, les matières, les colorants. La toile ou le papier sont des morceaux du monde : l’artiste qui s’y tient (car il s’y tient ou il s’y campe, comme on le fait sur un territoire qu’on découvre, qu’on va explorer, qu’on va faire sien, transformer) les lit, les interprète, leur donne sens. De cet impact entre l’artiste et ces morceaux du monde surgissent de nouveaux morceaux du monde (des morceaux d’un monde nouveau ?) riches de couleurs assourdies, de diffusions et de ruptures : ils sont peuplés de personnages aux allures vaguement féminines et qui, sans doute, sont moins des images de femmes que celle de la peinture, la terrible maîtresse… (Raphaël Monticelli - 1998)

j.j.laurent.free.fr