• Perdre trace
  • Poèmes gyrovagues
  • Le Partage des mondes
  • A petits pas dans le silence
  • La vie je cours
  • La Belle et la Fête
  • Paysages Solitaires
  • Mal d'ombre
  • Sirventès
  • Hypothèses sur l'Infini
  • Voix détournées
  • soudain
  • Parabole des nuées
  • Le silence là-haut
  • Poètes les Chenilles sont rongées
  • La grande voix lointaine
  • Te spectem
Previous Next

Alain Suied

Alain Suied

Ecrivain, poète, essayiste et traducteur.

1951 - 2001

Livres d’artistes et recueils poétiques
publiés aux éditions Tipaza :

  • Ombres portées
    Ouvrage collectif, Photographies de Jacques Clauzel. Collection Néographies. 2003

Autres publications :


Poésie


• Le Silence, Mercure de France, Paris, 1970 ;
• C'est la langue, Mercure de France, Paris, 1973 ;
• L'influence invisible, Le Temps qu'il fait, Cognac, 1985 ;
• La Poésie et le Réel, L'Encre des Nuits, Paris, 1985 ;
• Harmonie et Violence, Dominique Bedou, Gourdon, 1986 ;
• Immense Inadvertance, coplas, Actuels, Seyssel, 1986 ;
• Sur les ailes du Devenir, L'Encre des Nuits, Paris, 1987 ;
• La lumière de l'origine, Granit, Paris, 1988 ;
• Le corps parle, Arfuyen, Paris, 1989 ;
• L'être dans la nuit du monde, Granit, Paris, 1991 ;
• Face au mur de la Loi, Arfuyen, Paris, 1991 ;
• Ce qui écoute en nous, Arfuyen, Paris, 1993 ;
• Le premier regard, Arfuyen-Le Noroît, Paris-Québec, 1995 ;
• L'autre nom du monde, Éditions des Moires, Paris, 1995 ;
• Le pays perdu, Arfuyen, Paris, 1997 ;
• L'Ouvert, l'Imprononçable, Arfuyen, Paris, 1998 ;
• Actes de présence, La Lettre Volée, Paris-Bruxelles, 1999 ;
• Le visage de tous nos rêves, Editions Cadratins, Bagnères-de-Bigorre 2000 ;
• Rester humain, Arfuyen, Paris-Orbey, 2001 ;
• Le champ de gravité, Lettres Vives, 2002 ;
• Histoire illustrée de l'invisible, Dumerchez, 2002 ;
• L'Éveillée éd. Arfuyen, Paris-Orbey, 2004 ;
• Laisser partir, Arfuyen, Paris-Orbey, 2007 ;
• Sur le seuil invisible, Arfuyen, Paris-Orbey, 2013 (posthume).

 


Essais


• Kaddish pour Paul Celan et autres essais, Obsidiane, 1989 ;
• Paul Celan et le corps juif, William Blake, 1996 ;
• Le Juif du sujet. Paul Celan et l’amémoire occidentale, L'Improbable, 2001.

 


Traductions


• Dylan Thomas, Vision et prière et autres poèmes, Poésie Gallimard, 1991.
• William Blake, Les Chants de l'Innocence et de l'Expérience, éd. Arfuyen, 2002.
• Edwin Muir, Le Lieu secret, éd. L'Improbable, 2002.
• William Blake, Le Mariage du Ciel et de l'Enfer précédé de Le Livre de Thel et suivi de L'Évangile Éternel, éd. Arfuyen, 2004.
• John Keats, Les Odes, suivi de La Belle Dame sans Merci et La Vigile de la Sainte-Agnès, éd. Arfuyen, 2009.


Alain Suied a également publié des traductions de poèmes dans de nombreuses revues.

 

 

Biographie

Alain Suied est né dans l’ancienne communauté juive de Tunis.
Il quitte cette ville avec ses parents alors qu’il n’a que huit ans. Sa famille s’installe à Paris.
Un de ses poèmes est publié en 1968 dans la revue L’Éphémère. Deux recueils de poèmes paraissent dans les années suivantes : Le silence, en 1970, puis C’est la langue, trois ans plus tard.
Un recueil de traductions de poèmes de Dylan Thomas est publié chez Gallimard en 1979 sous le titre N’entre pas sans violence dans cette bonne nuit (Gallimard). Il traduit John Updike, Ezra Pound, William Faulkner, John Keats, William Blake, Edwin Muir, etc.
Il s’intéresse aux travaux des philosophes de l’École de Francfort mais aussi des grands psychanalystes.
En 1988 paraît La lumière de l’origine qui rassemble ses poèmes de 1973 à 1983.
La même année commence sa collaboration avec les Éditions Arfuyen qui seront son principal éditeur jusqu’à sa mort. Le corps parle, qui paraît en 1989, met en correspondance deux aspects permanents de sa recherche : le travail poétique proprement dit et le dialogue avec la science, la fiction, la musique ou la peinture.
Alain Suied a reçu le Prix Verlaine pour La lumière de l’origine, le Prix Charles Vildrac pour Le premier regard ainsi que le Prix Nelly Sachs pour l’ensemble de ses traductions.
Grand mélomane, il a été pendant de longues années secrétaire de l’association musicale Le Triptyque, fondée par Pierre d’Arquennes, et membre de l’Académie Charles-Cros.
Trois de ses poèmes ont été mis en musique en 1998 pour 12 voix et orgue par le compositeur Thierry Escaich, sous le titre de Trois Motets (Eaux natales, Le Masque et Vers l’espérance); ces pièces ont été transcrites pour orgue seul en 2002 (Trois Poèmes pour orgue).
Une journée d’étude a été consacrée à Alain Suied le 7 février 2013 à l’Université de Strasbourg, sous la direction de Michèle Finck, Pascal Maillard et Patrick Werly et avec la participation de Béatrice Bonhomme (Université de Nice), Pierre Brunel (Université de Paris Sorbonne), Andrew Eastman (Université de Strasbourg), Sophie Guermès (Université de Brest) et Gérard Pfister (écrivain et éditeur).

Page Wikipédia de l'auteur