• Le silence là-haut
  • Poèmes gyrovagues
  • La Belle et la Fête
  • Sirventès
  • Paysages Solitaires
  • Hypothèses sur l'Infini
  • Mal d'ombre
  • La vie je cours
  • Le Partage des mondes
  • La grande voix lointaine
  • Voix détournées
  • Te spectem
  • Poètes les Chenilles sont rongées
  • Parabole des nuées
  • A petits pas dans le silence
  • Perdre trace
  • soudain
Previous Next

Michel Butor

Michel Butor

poète, romancier et essayiste

Né en 1926.

Livres d’artistes et recueils poétiques
publiés chez Tipaza :

  • Ombres portées 
    Ouvrage collectif, Photographies de Jacques Clauzel.
    Collection Néographies. 2003

Biographie

Michel Butor a été professeur de langue française à l’étranger (notamment en Égypte) et professeur de philosophie à l’École Internationale de Genève dans les années 1950 après ses échecs à l’agrégation de philosophie. Ensuite il a commencé une carrière universitaire comme professeur de littérature, tout d’abord aux États-Unis, puis en France à l’université de Nice et finalement à l’université de Genève jusqu’à sa retraite en 1991.
Il est connu du grand public comme romancier, et en particulier comme l’auteur de La Modification, roman écrit presque entièrement à la deuxième personne du pluriel (« vous »). Cette image de l’auteur est probablement injuste, dans le sens où Michel Butor a définitivement rompu avec l’écriture romanesque après Degrés, en 1960, avec la publication de Mobile en 1962.
Après avoir essayé dans ses premiers livres de concilier à la fois un certain détachement de la forme traditionnelle du roman et une volonté de représenter le monde contemporain, se rattachant ainsi au groupe du Nouveau Roman (Nathalie Sarraute, Alain Robbe-Grillet, Claude Simon), il choisit des formes nouvelles expérimentales, à partir de Mobile, grand ouvrage fait de collages divers (encyclopédies américaines, descriptions d’automobiles, articles de journaux, etc.) pour essayer de rendre compte de la réalité étonnante des États-Unis contemporains.
Cette volonté d’expérimentation pour représenter le monde se retrouve dans tous ses ouvrages, qu’il s’agisse de récits de voyages (série Le Génie du lieu), de récits de rêves (Matière de rêves), ou de ses très nombreuses collaborations avec des peintres et des artistes contemporains (recueillis dans la série des Illustrations). Ce travail avec les peintres a peu à peu fini par constituer un nouveau plan de ses interventions littéraires par son approche « sur », « avec » puis « dans » la peinture. Le texte critique des débuts (pour mémoire sa première critique d’art consacrée à Max Ernst date de 1945) a fini par se trouver remplacé par une myriade d’ouvrages à tirage plus ou moins limité qui questionnent la notion d’oeuvres croisées...

Page Wikipédia de l'auteur