• La grande voix lointaine
  • Poètes les Chenilles sont rongées
  • La vie je cours
  • Perdre trace
  • Sirventès
  • La Belle et la Fête
  • Hypothèses sur l'Infini
  • Voix détournées
  • Mal d'ombre
  • Parabole des nuées
  • Le silence là-haut
  • Te spectem
  • A petits pas dans le silence
  • Poèmes gyrovagues
  • Paysages Solitaires
  • Le Partage des mondes
  • soudain
Previous Next

Monique Marta

Monique Marta

Ecrivain, poète.

Né en 1952. Vit à nice.

Livres d’artistes et recueils poétiques
publiés chez Tipaza :

  • Inutile
    peintures de Jean-Jacques Laurent, collection Les petites prose de mai, 2002
  • Signes
    photographies d’Olivier Houeix, collection Libre Court, 1994
 

Liste autres publications :

  • 1972 : Une petite bulle de verre, Paris, Hachette
  • 1983: Marchant en ma fidélité, Nice, Aléatoire 
  • 1984 : Regard sur la fleur d’amandier, Nice, Médianalyses
  • 1985 : Les miettes, Toulon, Carte Noire
  • 1998 : Le fablier de l’étrange, Marseille, A travers champs
  • 2000 : Lauréate du Prix de poésie (section humour) des Arts et Lettres de France.
  • Théâtre : Canard ou pas canard, Nouméa, 1979 (comédie)

Chez l’auteur :

  • Lumières (roman)
  • Pierre-de-lune (roman)
  • Jörn (poésie)

Exposition :

  • Encres, 2004

Biographie

J’écris principalement de la poésie (poésie du quotidien), m’essayant depuis deux-trois ans aux haïkus et à l’aquarelle.
Dans mon travail poétique, je vais de plus en plus vers davantage de simplicité. C’est sans doute ce qui peu à peu m’a conduite à l’écriture de haïkus. Ainsi, en quelques vers, je tâche d’aller à l’essentiel d’un événement, d’une perception de la nature, de l’émergence d’une émotion. Je tente aussi, en peu de mots, de dégager le mystère, la magie de ce qui est, dans l’instant. Le « je » s’efface alors pour laisser place à une expérience plus universelle.
Ma pratique de l’aquarelle me paraît aller dans cette même recherche de la simplicité, puisqu’elle est un travail sur de petites surfaces, avec un matériel limité, que l’on peut aisément transporter. Elle est un exercice d’attention et un effort de maîtrise - toute relative - de ce qui fuit - comme l’eau sur le papier.
Ecriture de haïkus et aquarelle ne vont pas sans une pratique spirituelle, dans laquelle la déité n’est jamais loin du quotidien.
« Vois la grandeur dans le petit
Et le beaucoup dans le peu »
Lao-Tseu, Tao tê king
Critique littéraire :
- sur le poète Daniel Biga dans Le Journal des Poètes (Belgique) et la revue Archipels (La Seyne-sur-mer)
- sur le sculpteur Bernard Pagès (film réalisé par René Prédal, co-production service cinéma de la ville de Nice-Fonds Ecole de Nice, 1984)
- sur le poète Guy Bellay», in Vocatif n°5, printemps 1985
De 1983 à 1993 : crée et anime la revue Vocatif (arts, poésie, philosophie).
Décembre 2012 : relance la revue Vocatif.

www.moniqueannemarta.fr